47 ronin / Carl Erik Rinsch

Keanu Reeves ou le syndrome de l’élu.

Non vous ne lisez pas la chronique d’un Matrix nouvelle génération mais bien une phrase au potentiel philosophique fort (laissez-moi mes illusions). Avec 47 ronin, l’acteur mal aimé d’Hollywood fait enfin son grand retour sur nos écrans.

Conte fantastique tiré d’une histoire vraie, on retrouve ici notre héros occidental perdu dans la campagne japonaise. Oui, dit comme ça, c’est un petit peu étrange. Mais entre initiation douce à la culture médiévale japonaise et créatures fantastiques, on se laisse vite happer par l’univers pour un très bon film d’action.

Petit clin d’œil que je qualifierais de pop culture dans le film : la présence de « zombie boy » qui – malgré un rôle des plus seconds secondaires – fait son petit effet bœuf avec son corps recouvert de tatouages ! À découvrir…

Voir la disponibilité au catalogue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s