Enon / Paul Harding

Ecrire sur la perte d’un enfant sans tomber dans les pièges du pathos n’est pas un exercice littéraire facile, l’auteur réussit ce tour de force. Enon est la ville où le héros a grandi, où il réside et le lieu aussi où il perd toutes ses raisons de vivre. La localité est un personnage clé dans son histoire personnelle et dans la narration.

Elle devient aussi sa prison mentale et physique, il s’enlise dans la souffrance et tombe dans l’addiction aux médicaments.

Au fond de l’abîme, il apprendra à se relever. Certes le thème abordé est difficile mais il faut lire ce très beau roman empreint de poésie, portée par une écriture sensible et ciselée à la manière d’un orfèvre. N’oublions pas que Paul Harding a reçu le Prix Pulitzer pour son précédent roman Les Foudroyés.

Voir la disponibilité au catalogue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s