Le cycle des démons / Peter V. Brett

Attention ! Warning ! Achtung !

Je délaisse à vos pieds mon objectivité et mon professionnalisme pour sombrer dans la plus pure fan-attitude avec ce cycle d’heroic-fantasy ! Vous le savez sûrement maintenant, la fantasy, c’est mon dada, c’est mon kif, c’est ma drogue, bref, j’en suis une grosse consommatrice. Et si depuis quelques temps c’était ceinture de ce côté-là (je suis quelqu’un de compliqué), j’ai (enfin) mis la main sur une pépite qui mérite que je perde mon sang-froid !

Pour en revenir à nos moutons, un résumé :

« Depuis trois cents ans, les démons se lèvent chaque nuit pour attaquer les hommes et semer le chaos. Les perpétuelles offensives ont mené l’humanité à la déchéance, passant d’un âge d’or technologiquement avancé à un âge sombre et peu évolué. Seules les runes magiques protègent les humains des démons. Ces symboles peints ou gravés forment des barrières protectrices autour des constructions humaines. Ces runes sont malgré tout fragiles et faillibles. Deux hommes vont se lever contre cet état de fait et s’opposer pour diriger la guerre qui mettra fin à la présence des démons sur la terre. »

Normalement si vous êtes friands de ce genre de lecture vos papilles devraient frétiller d’envie, mais vu que vous êtes exigeants (et vous avez bien raison), je ne vous laisse pas sur ces bonnes paroles.

Point fort n° 1 : son univers

Il est excessivement dur en fantasy de se renouveler et de ne pas sombrer dans le redondant. En ça, Peter V. Brett a su tirer son épingle du jeu en plaçant son monde dans un univers… qui semblerait être le nôtre au final.

Point fort n° 2 : les héros

Ils fourmillent, ils sont partout, ils sortent du carcan habituel dévolu au héros. Nous en comptons trois dans le tome 1 (l’histoire alterne entre leurs trois histoires), on s’habitue, on se dit ok c’est parti. Mais en fait non ! L’éclair de génie ultime : dans le tome 2, on inverse les rôles ! Je n’en dis pas plus.

Point fort n° 3 : stéréotype ? Je ne connais pas ce mot

Enfin, ENFIN, un auteur ne sombre pas dans les stéréotypes de personnages habituels ! Mr Brett, je vous aime d’amour rien que pour ça.

Point négatif seul et unique mais de qualité : une transposition trop facile à faire.

Je ne vous mentirai pas en occultant un point qui m’a quand même chatouillée tout au long de ma lecture. Il y a quand même un gros cliché qui oppose les deux peuples principaux : les thésiens et les krasiens. Chacun possède sa propre religion, fondamentalement opposée l’une de l’autre et du coup, cette particularité peut trop facilement être transposée à notre époque. C’est dommage, mais pas insurmontable.

Voir la disponibilité

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s