La Petite trotteuse / Michèle Lesbre

Au hasard d’un déménagement de sa mère, la narratrice tombe sur une boîte où est placé tout de ce qui reste de son père : des papiers, entre autre, un certificat de démobilisation, le câblogramme annonçant sa naissance, et puis une montre.
« D’un geste machinal, j’avais mis la montre en marche. Le tic-tac avait surgi avec une violence inattendue. J’avais cru ne pas survivre à ce bruit presque imperceptible, cette course inexorable de la petite trotteuse qui me donnait le vertige. Trente ans après sa mort, mon père me quittait de nouveau. La douleur était entrée en moi d’un seul coup». À la suite de la découverte de cette montre, la narratrice se met elle-même en mouvement et visite des maisons à vendre, dans lesquelles elle aime passer des heures, seule, pour «s’imprégner des murs». Mais cela va au-delà, car aussitôt les souvenirs affluent, la nostalgie d’un passé mais également un passé entouré de secrets. Ce sont ces réminiscences, mêlées à l’instant présent, qui ponctuent cette histoire. C’est un très beau livre, sincère, simple et émouvant qui touche chacun de nous dans son rapport avec le temps. Merci Michèle Lesbre.

Voir la disponibilité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s