Femme de chambre / Markus Orths

Le journal BIBA parle d’une «façon inattendue de parler de notre « Ultra moderne solitude »» et je trouve que cette phrase résume bien ce roman. Tout est dans la subtilité des situations, des gestes, des paroles, des symboles. Le roman se trouve surtout dans le regard que le lecteur porte sur les personnages.
Sortie de l’hôpital, Lynn trouve un travail, femme de chambre, ce qui lui permet de satisfaire sa manie obsessionnelle du nettoyage. Lynn y passe bien plus de temps que nécessaire, allant jusqu’à nettoyer l’intérieur des trousses de toilette, regardant en détail les affaires des clients, essayant les vêtements de chacun. Comme si elle voulait s’approprier la vie des autres. Un soir, restée trop longtemps dans une chambre, elle entend une clé dans la serrure : elle a tout juste le temps de se cacher sous le lit et devra y passer la nuit. Dès lors, elle décide de le faire tous les mardis. Il ne se passe rien de passionnant, jusqu’au soir où un homme fait monter une prostituée dans sa chambre…
Un roman original, une écriture imagée, une jolie découverte.

Voir la disponibilité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s