Tout ce qui est solide se dissout dans l’air / Darragh McKeon

Ce livre m’avait été chaudement recommandé par une libraire, et puis il est apparu dans le palmarès des 20 meilleurs livres 2015 selon le magazine Lire. Alors je me suis dit qu’une petite pépite se cachait là…

Vous étiez peut-être trop jeunes pour vous souvenir du 26 avril 1986. Ce jour-là, je me promenais moi-même, insouciante, sous une pluie battante dans le sud de la France. Une catastrophe nucléaire en URSS était timidement annoncée dans les médias… On ne risquait rien, le nuage radioactif s’était soi-disant arrêté aux frontières…

Ce livre raconte l’accident de la centrale de Tchernobyl au plus près de la population civile. C’est à la fois effrayant et très instructif sur ce qui s’est réellement passé sur place. A travers le destin, souvent d’un héroïsme suicidaire, d’un médecin, d’une modeste famille de paysans, d’un jeune virtuose et de deux sœurs, l’auteur dessine le portrait d’une société vieillissante campée dans ses certitudes.

J’ai lu ce livre avec un grand intérêt, comme un vibrant hommage aux personnes qui se sont sacrifiées ou qui ont été sacrifiées pour parer au plus pressé dans un silence général lourd de culpabilité et d’impuissance. Cette catastrophe a dépassé l’entendement. Voici un témoignage qui réhabilite ces vies fauchées. Je peux vous assurer que je me sens après cette lecture, alors qu’elle n’a rien de politique, une anti-nucléaire tout à fait convaincue.

Vérifier la disponibilité au catalogue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s