Le rire du grand blessé / Cécile Coulon

L’idée sur laquelle se base ce roman est excellente. Pour une fois on ne parle pas de civilisations où le livre a disparu mais d’un pays où le livre est érigé en grand consolateur.

La « vraie » littérature a disparu et a été remplacée par des livres produits pour plaire et contrôler les citoyens lors de grandes manifestations de lecture publique, organisées par le régime totalitaire en place. Ils ne portent d’ailleurs ni titre ni nom d’auteur, mais seulement le nom de l’émotion qu’ils sont censés produire chez le lecteur. Cette fable glaciale d’anticipation suit les traces d’un des gardes de ces manifestations au comportement fascinant : analphabète sociopathe ou rebelle ?

Voir disponibilité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s