Celles de la rivière / Valerie Geary

Depuis que leur mère est morte, Sam, quinze ans et Ollie sa petite sœur de dix ans qui ne parle plus, vivent avec leur père dans la prairie. Alors qu’elles jouent à la rivière, elles trouvent une femme morte. Tout accuse leur père, mais malgré quelques doutes, Sam va s’enfermer dans le mensonge pour le protéger. Avec sa sœur, elles vont chercher la vérité contre l’avis de tous.
Les esprits qu’Ollie voit et qui la guident, l’hymne à la nature, aux abeilles élevées par leur père et l’amour donné aux petites par le couple de retraités qui louent la prairie, donnent à ce livre une poésie, une mélancolie et une grande beauté, mêlées d’un intense suspense tout au long du récit.
En racontant alternativement l’histoire à travers les yeux de Sam puis d’Ollie, Valerie Geary a réussi un magnifique roman, qui parle de l’adieu à l’enfance. On sort de ce livre encore habité par son atmosphère. Un auteur à ne pas oublier.

Voir disponibilité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s