Dernier battement de cil / Mark Billingham

L’inspecteur Tom Thorne est confronté à une série de meurtres qui répondent au même modus operandi, une thrombose de l’artère basilaire. Une victime, Alison Willetts, « échappe » pourtant au meurtrier et survit à une de ses attaques mais est désormais paralysée et ne peut plus communiquer que par des battements de cils (le fameux locked-in syndrome). Son médecin, pressé par Thorne, essaye de développer le procédé de communication pour qu’elle puisse donner une description de son agresseur et arrêter cette macabre série. On suit alors pas à pas cet inspecteur un peu hors norme, un peu balourd, pas franchement beau mais pas sans charme, et la patiente, qui a le don de vous faire rire par ses commentaires caustiques plein de vie, la rendant d’autant plus bouleversante… La tension quasi permanente induite par l’enquête et ses chausse-trappes, et la communication terriblement lente et frustrante de la victime sur son lit d’hôpital sont ainsi allégées par l’humanité des personnages principaux et à la fois renforcées, car bien sûr entre temps, nous nous sommes attachés à eux, nous mettant au supplice de connaître la fin de l’histoire. Sur le livre original, la manchette est « Il ne vous veut pas mort, il ne vous veut pas vivant, il vous veut juste quelque part entre les deux… » est un bon résumé qui donne le ton de l’histoire, à la fois très noir, et aussi fort drôle. Bref, un excellent polar, vraiment original.

Voir disponibilité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s