Les vies de papier / Rabih Alameddine

Ce roman, finaliste au National Book Award 2014, nous présente la vie d’Aaliya Saleh, vieille femme libanaise de 72 ans, amoureuse de sa ville Beyrouth et de la littérature. C’est une solitaire, une libraire qui a consacré sa vie aux livres et une libanaise qui n’a ni mari, ni enfant, ni religion, ce qui est très rare ! Tous les 1er janvier, elle commence la traduction en arabe d’un roman d’un de ses auteurs préférés Kafka, Pessoa … Elle range ensuite ces traductions dans une chambre et ne les fait lire à personne.

Le roman oscille entre les années 70 et nos jours, au fil des souvenirs d’Aaliya : ses influences littéraires, la vie quotidienne à Beyrouth pendant la guerre, son amie Hannah, son ex-mari « cet insecte impuissant », ses promenades, les relations avec ses voisines…

« Oscillant sans cesse entre passé et présent, Les Vies de papier est un hommage aux vertus thérapeutiques de la littérature. »

Voir disponibilité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s