La grande évasion / Angus Deaton

On aime idéaliser le passé, on devrait considérer la cohorte de malheurs que la vie imposait autrefois : perdre ses enfants en bas âge, ou leur mère, vivre dans les privations le corps progressivement brisé, était épouvantable.

Comment en est-on sorti ? Et surtout, comment faire pour que l’immense progrès des conditions matérielles dont ont bénéficié les pays riches puisse se généraliser à toute la planète, y compris le milliard de personnes qui vivent aujourd’hui dans la pauvreté la plus noire? C’est à ces questions, probablement les plus importantes de l’économie, qu’Angus Deaton, prix Nobel d’économie 2015, a consacré sa carrière.

La grande évasion, une référence directe au film interprété par Steve McQueen, est une fresque sur l’origine des inégalités et le combat incessant de l’être humain pour sortir de la pauvreté. Et pourtant, pour Angus Deaton, le monde ne s’est jamais aussi bien porté.

Cette déclaration risque de surprendre beaucoup de lecteurs : « Je le dis parce que c’est la vérité. Si les gens s’en étonnent, c’est positif. Il faut que l’on ait conscience que l’on vit mieux qu’auparavant. J’ai beaucoup d’optimisme par rapport à l’avenir du monde. » Selon l’économiste, « nous vivons actuellement un recul modéré, qui ne sera pas permanent. »

Les inégalités, comme la Force dans Star wars, ont un côté obscur lorsqu’elles asphyxient le progrès, généralement par une élite prédatrice. Elles s’avèrent, en revanche, positives lorsqu’elles encouragent le progrès.

Voir disponibilité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s