Lemonade / Beyoncé

C’est sans doute parce que cet album se veut varié et ouvert que j’ai enfin accroché à un  Rn’B, qui ne tourne pas en rond en privilégiant les mêmes featuring, over and over and over…

En dehors du petit prince du rap Kendrick Lamar qui apporte sa contribution à l’emblématique  hymne qu’est Freedom, Beyoncé a su s’entourer d’invités plus surprenants, issus de Diplo ou Vampire Weekend pour instiller une saveur reggae à Hold up et All night. Rock et revancharde grâce à Jack White pour un de mes morceaux favoris Don’t Hurt Yourself, Beyoncé vire carrément indé en duo avec James Blake sur la sobre ballade au piano, Forward.

On pourrait craindre que la Queen Bee se disperse au vu de ces apports, et c’est là sa force, on ressent une unité à l’écoute de Lemonade, grâce à sa maestria vocale (j’ai l’impression qu’elle a su gravir encore une marche) et peut-être aussi à la sincérité et l’engagement qui se dégagent de certains textes comme le délicieux et sudiste Daddy lessons se rapportant aux origines texanes de la belle.

#diva #sexy #maestria #famous guest #danslespasdeTinaTurner #waouh !

Voir disponibilité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s