Au fil de l’Hiver 2017, après la froideur, place à la douceur, rien de tel pour « bouquiner » et découvrir le livre rare, c’est fait…

m-pour-mabelVous serez littéralement étonné et subjugué par M pour Mabel d’Helen Macdonald.

Un roman remarquable, fort et poignant qu’il vous sera difficile de quitter. Helen aime les rapaces. Cette passion, elle l’a acquise dès petite. Survient la mort brutale et inattendue de son père qui la fait se décider à dresser un autour. Helen est émerveillée lorsqu’elle découvre son jeune mais déjà gigantesque autour, que lui apporte un éleveur d’Irlande du nord :

« C’était un tour de magie. Un reptile. Un ange déchu. Un griffon échappé des pages d’un bestiaire enluminé. Quelque chose qui étincelle à distance, comme de l’eau tombant dans l’eau. Une marionnette brisée, ailes, pattes et plumes éclaboussées de lumière »

Elle aménage sa maison pour le recevoir, reste de longues heures aux côtés de son faucon encapuchonné. Elle le nourrit de poussins, surveille son régime, son poids, évalue sa disposition au vol et sa capacité à revenir sur le poing ganté. Elle le dresse ! et parallèlement, un transfert s’opère : elle aspire à  ressembler à son oiseau, à devenir aussi solitaire et étrangère aux émotions humaines que Mabel.

Helen veut s’isoler de la ville, des hommes… Elle nous capte avec élégance grâce à une écriture vive et intime. Je vous laisse en sa compagnie… et celle de Mabel :

« Vous essayez de lui faire détourner le regard pour qu’il voie la viande à ses pieds parce que vous savez – sans même le regarder – que ses yeux horrifiés sont fixés sur votre profil. Vous n’entendez que le clic clic humide de ses paupières qui clignent. Pour franchir ce gouffre entre la peur et la nourriture et rendre en quelque sorte possible une concorde entre vos deux esprits pour le moment paralysés, immobiles, il faut impérativement que vous ne soyez pas là. Vider votre esprit et demeurer parfaitement immobile. Ne pensez très exactement à rien. Le faucon devient une idée étrange, creuse, aussi mince qu’un cliché ou qu’un dessin schématique, mais dans le même temps, il pèse autant sur votre avenir que la décision d’un juge courroucé ».

M pour Mabel a été couronné par de nombreux prix dont le Costa Book Award, et le Samuel Johnson Prize for non-fiction.

Le 29 novembre, Helen Macdonald a reçu à Paris, le prix du Meilleur Livre étranger 2016, une distinction accordée dans le passé à Jonathan Coe, Antonio Lobo Antunes ou Martin Amis.

Enregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s