Au fil du printemps, Oubliez tout… Avec :

HoudiniHoudini, magicien & détective T1 : Metamorphosis de Viviane Perret

Vous êtes en 1899, à l’Orpheum Théâtre de San Francisco,

Harry Houdini va réaliser « son numéro phare », Metamorphosis (ou la malle des Indes), en compagnie de sa femme, Bess, ainsi qu’un tout nouveau numéro d’escapologie, où il se débarrasse de dizaines de menottes et de chaînes en quelques minutes. Il est brillant, c’est un spécialiste de l’évasion : il est  capable de s’échapper de cel­lules, de malles, de jarres rem­plies d’eau.

« … Il se présenta dos au public, les mains visibles de façon à ce que les spectateurs puissent constater que ses poignets étaient solidement entravés. Il s’approcha ensuite d’un coffre, de ceux qu’on embarquait à bord des navires. Dans le fond, gisait un immense sac en tissu soyeux. Il s’y glissa et plia les genoux afin d’être à la hauteur de Bess qui, sans ménagement, au grand plaisir de l’assistance, lui enfonça la tête dans le sac avant de le nouer. Elle referma le couvercle de la malle sur son mari et la verrouilla avec six cadenas. Elle esquissa un pas de danse et déploya un rideau les masquant à la vue du public. Dans un profond silence, on l’entendit frapper trois fois dans ses mains et brusquement Houdini ouvrit le rideau. Les mains déliées, il était en bras de chemise. Bess était invisible…. »

Et pour compléter ce portrait, actualité historique, suspense et humour ne manqueront pas de vous surprendre… Ainsi vous ren­con­trerez la com­mu­nauté chinoise de San Fran­cisco avec la situa­tion des migrants en cette année 1899. Vous irez à la recherche de la nièce d’un riche négociant en soie, Ong Lin Foon, kidnappée à son arrivée à San Francisco etc…

Une intrigue bien ficelée, un livre que vous parcourez avec plaisir et attention, fin avril, à la médiathèque, vous retrouverez  dans un nouvel épisode, Houdini menant alors l’enquête à Berlin.  Surtout ne les manquez pas !

 

Une nuit, MarkovitchUne nuit, Markovitch de Ayelet Gundar-Goshen

Un premier roman coup de cœur, des histoires de vies, touchantes et émouvantes…

Le point de départ : nous sommes en 1939. Zeev Feinberg et Yaacov Markovitch vont quitter  leur petit village de Palestine, en direction de  l’Allemagne, où ils doivent prendre en charge de jeunes Juives pour les protéger des nazis. Normalement  à leur retour chez eux, ils doivent divorcer afin qu’elles soient libres. MAIS…

« Yaacov  Markovitch n’était pas laid. Il ne faut cependant pas en déduire qu’il était beau. Et même si à sa vue les petites filles n’éclataient pas en sanglots, elles ne souriaient pas non plus. Disons qu’il était d’une extraordinaire banalité. Ou plutôt, il avait un visage tellement quelconque que les yeux, ne parvenant jamais à se fixer sur lui, s’échappaient vers d’autres horizons… »

« Un premier roman luxuriant, qui n’est pas sans nous rappeler ceux de Gabriel García Márquez et d’Isabel Allende. » The Guardian

Ayelet Gundar-Goshen est née en 1982. Diplômée en psychologie clinique à l’Université de Tel-Aviv, elle est aujourd’hui scénariste. Elle partage son temps entre l’écriture et son combat pour la paix. « Son premier roman, Une nuit, Markovitch, a été traduit en huit langues. Encensé par la critique dans tous les pays où il a été publié, il a également été couronné par le prix Sapir du premier roman en Israël. »

 

Régalez- vous, bonnes lectures…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s