Le jour d’avant / Sorj Chalandon

Tout simplement bouleversant… Un livre hommage aux 42 victimes de Liévin en 1974 avec en prime, une intrigue tout à fait intéressante du point de vue psychologique.

J’avais l’âge du principal protagoniste au moment de cet événement tragique. La lecture de ce livre m’a fait remonter le temps, et me demander comment j’avais perçu la nouvelle en plein cœur de mon adolescence. La radio, les commémorations, la douleur sobre, digne et résignée des familles. Les mineurs de fond comme on l’écrit dans Germinal. Et puis, c’est loin Liévin… On est quelque peu insouciant quand on a 16 ans… alors le malheur est vite effacé malgré l’empathie du moment.

Et là, en lisant le roman, les larmes ont coulé… non pas sur ma jeunesse perdue, mais plutôt sur un monde disparu. Celui des mineurs, des corons, des hommes galériens, héros sacrifiés, avec paradoxalement ce fort attachement à la mine.  J’ai fait sans aucun doute ce qu’on nomme un transfert, petite-fille d’un grand-père maternel du côté de Saint-Etienne, terre noire couverte de terrils, maintenant verdoyants…

Je ressens une grande reconnaissance à l’égard de Sorj Chalandon de faire ressurgir cette histoire en espérant qu’elle perdure dans la mémoire collective. Dans la mienne, grâce à lui, elle y est maintenant ancrée.

Voir disponibilité

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s