Racisme, femmes et société

Le film « Les figures de l’ombre« , tiré d’une histoire vraie, raconte l’histoire de trois femmes dans un monde d’hommes, noires dans un monde de blancs, qui ont joué un rôle éminent dans la course à laquelle se livraient l’URSS et les Etats-Unis dans les années 1950-60 pour la conquête de l’espace. Ces brillantes scientifiques du centre de recherche de Langley étaient encore confrontées aux lois ségrégationnistes de la Virginie de l’époque. Maintenues dans l’ombre de leurs collègues masculins, leur histoire longtemps restée méconnue est enfin portée à l’écran.

Le film de Theodore Melfi leur rend un hommage plus que mérité, déployant tout le savoir-faire du cinéma américain lorsqu’il tend vers un 7e art populaire de qualité.

L’histoire de ces femmes extrêmement intelligentes, courageuses et volontaires fait le sel de ce film haletant, édifiant, où la lutte pour les droits civiques vient se mêler à l’épopée technologique pour montrer comment peu à peu s’abattent les préjugés.

Katherine Johnson, Mathématicienne et physicienne a participé aux missions Mercury, Appolo  et aux programmes de la navette spatiale. Elle a reçu en 2015, à 98 ans, la médaille présidentielle de la Liberté par Barack Obama. Dorothy Vaughan sera la première femme à maitriser l’informatique, Mary Jackson se battra pour devenir ingénieur, alors que les études étaient interdites aux noires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s