Kubo et l’armure magique / Travis Knight et Marc Haimes

Comme aucun film sorti des ateliers Laïka ne ressemble au précédent – de l’onirisme de Coraline (2009) aux zombies rigolos de L’Étrange Pouvoir de Norman (2012) ou à la fantaisie victorienne des Boxtrolls (2014) –, vous serez surpris par ce Kubo, splendide long-métrage en marionnettes animées.

Conte épique dans un Japon médiéval rêvé, plein de monstres, de batailles et de sortilèges, un jeune garçon cherche la vérité sur sa famille. C’est l’une des grandes forces de ce film, l’aspect intime et émotionnel sous couvert de quête initiatique, allié à l’excellente idée gigogne de l’animation dans l’animation. Car Kubo, ce drôle de gamin borgne, dispose d’un pouvoir inédit. Il lui suffit de pincer les cordes de son luth pour que de banales feuilles de papier se transforment en origamis vivants ! Farouches samouraïs, bestioles cocasses, chimères inquiétantes, tout un peuple minuscule se déploie alors en trois dimensions.

C’est beau, c’est étrange, c’est émouvant : que demander de plus ? Que cela plaise aux enfants comme aux parents ? Gagné !

Voir disponibilité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s