Seuls les enfants savent aimer / Cali

Le 7 janvier 1974 à Vernet-les-Bains, Mireille Calicuri, qui a succombé à une maladie, est enterrée. Son fils, Bruno, 6 ans, est interdit d’obsèques considéré trop petit pour supporter autant d’émotions et pour « comprendre ». Or, le petit garçon comprend et même très bien. Sa maman est partie, elle ne reviendra plus. Il ne lui reste que les souvenirs de son visage, ses caresses et les histoires qu’elle lui racontait tendrement. Bruno le sait, il devra traverser son enfance sans sa maman. Il tombera amoureux de Carol, sans pouvoir en parler avec sa maman. Il rencontrera un ami fidèle, Alec, qu’il ne présentera jamais à sa maman. Il se fera des bobos que sa maman ne pourra pas soigner.

Bien sûr, son papa, ses frères et sœurs sauront le choyer et partager des moments fabuleux avec lui. Bruno grandira, avancera, se trouvera des passions et prendra goût à la vie. Cependant, l’absence de sa maman partie trop tôt ne sera jamais compensée…

Dans son premier roman, Cali nous bouleverse en endossant le costume de Bruno, le petit garçon qu’il était à 6 ans. Bien que le chagrin donne le ton du livre, Seuls les enfants savent aimer résonne comme une ode à l’enfance, à la famille et à l’amour maternel. À l’instar du chanteur, l’auteur choisit les mots justes pour retranscrire les sentiments du petit garçon. Si les joies et les plaisirs de l’enfance sont présents, Cali semble ne se poser qu’une seule question depuis la mort de sa mère : c’est quand le bonheur ?

Voir disponibilité

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s